~&~ VOLUTES ~&~

Publié le par SCIBOR Serge

AVANT PROPOS ...

J'ai mis de côté,  temporairement, quelques "agacements" ... le mot est faible ...
Et m'adonne, m'abandonne ? à certaine forme de tendresse ...
Sans chrysanthèmes !

Volutes ? En sont-ce ... en devenir ?

Volutes ? En sont-ce ... en devenir ?

~&~ VOLUTES ~&~

 

& Je m'souviens … gamin … de mon admiration devant la performance « buccopharyngienne » … ( j'aime bien ce type de langage où l'on se croit … d'extraction distinguée … supérieure ) … bref ! J'étais béat devant ce type, un vieux d'au moins trente berges … qui, après avoir tiré sur sa clope, envoyait des ronds de fumée … plus ou moins artistiques … de quasi volutes … fugaces … piquant mes yeux de môme … C'est joli ce mot : volute …

& Me reviennent en mémoire les assemblées étudiantes … étouffantes … les volutes imbriquées ne se distinguaient plus … en ce smog tabagique ...

 

& Nous tentâmes, ma Belle et moi, de dissuader sa grand mère d'abuser de l'herbe à Nicot … la drogue à la portée de toutes les bourses … pour le bonheur du fisc … et le goudronnage des voies respiratoires … cette chouette personne prenait le maquis en les W.C. … volutes clandestines …

 

& Ben j'étais mal placé … avec mes camarades de l'U.N.E.F. … hé, pas de réactions hystériques … lors des A.G. ... Bref ! Volutes illisibles … comme nos débats embrouillés … Des échanges fumeux ne naît pas la lumière …

 

& Plus élégantes, plus féminines s'avéraient celles de Jeannine … émises par des blondes (double sens) … avec distinction … un petit cendrier-bijou en main … sans jouer les chochottes … et sans exagération … grâce des fumerolles répondant à la sienne de grâce …

 

& Il me fallut, mon Aimée, certain jour de septembre, bien du discernement, de … « l'auto-contrôle » afin de ne pas évoquer le « rapprochement » … entre le « passage à la flamme » t'attendant et l'effacement de Claude, ton père biologique … en … Pologne ?

 

& En mon esprit, brumeux … s'insinua une danse de volutes … où celles de ton … géniteur, s'étant attardées, croisaient les tiennes ascendantes …

 

& En prolongement … je cherchai à cautériser mes plaies internes en supposant que ces impalpables traces de toi patienteraient jusques à la venue des miennes … voluptueuse rencontre de volutes amantes … Hé la thérapie que j'élabore ne nuit à personne ? Alors !

& Nous avons opté pour cette « sortie » sous feux de rampes … sans cabotiner … sans mépris pour ceux ne partageant pas notre choix !

Qu'ils respectent le nôtre en modeste départ! Neuf milliards de bipèdes, procréant … dans un ou deux siècles … où placer les cimetières ?

Et, puis, pour ne pas conclure, feux follets ou fumerolles ? … liberté d'expression ! Arabesque ou volutes ? Tornade ? Calligraphie intemporelle …

& À propos de « liberté d'expression » je vais, mesquinement , régler un compte … j'avais rédigé, publié, il y a déjà quelques années, un texte en lequel j'évoquais ma « crémation » et la dispersion de mes cendres en un endroit superbe d'Aragon … toujours provocateur j'espérais que certaines d'elles se colleraient sur l’œil d'une belle randonneuse … laissant croire qu'elle me pleurait … Bon, tu as gagné ! Finie la drague posthume ! Ce que nous avions ri à cette fausse prétention … Mes restes carbonisés viendront, avec leur urne, voisiner avec la tienne … c'est aussi … chouette … en ces circonstances …

& Je continue d'espérer, mon Bel Amour que nos volutes … à qui cela ferait-il tort ? Je t'enlace par la pensée …

 

TON SERGE …

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article